Retour liste Back to list

Nina Mushinsky

|||||||||||

(New York, 1964)

Nina Mushinsky déniche et photographie ses images en Europe centrale avant de les retranscrire en peintures dans son atelier de New York, peintures qui imposent un même sentiment d’errance que celles du peintre danois Vilhelm Hammershøi. Mushinsky fait preuve d’un travail très minutieux qui combine l’expérience vécue avec l’illusion visuelle. Son travail se concentre sur les limites de la réalité en utilisant à la fois la technologie moderne que constituent la photographie et la peinture traditionnelle. Et c’est entre ces deux médiums que se situe sa mystérieuse grisaille.

Dans le travail de Nina Mushinsky, il s’établit une véritable relation entre des techniques et méthodes impersonnelles, et une tendre sensibilité. Son travail de peintre, caractérisé par une réelle virtuosité, nous décrit des valeurs humanistes à dimension morale. Aussi, les peintures de Mushinsky pourraient à la fois se revendiquer de l’appropriationnisme puisqu’elle ne fait que reproduire fidèlement des images déjà existantes, mais elle pourrait aussi se revendiquer d’une certaine hybridation et d’un mix des genres. En photographie, le moment est immortalisé, avec la garantie de le préserver pour l’éternité. Alors que les peintures, elles, ne sont pas liées à l’instant, elles sont par nature « intemporelles ». C’est l’acte créateur – ou re-créateur – que l’artiste immortalise, dans une temporalité à jamais perdue. Les peintures de Nina Mushinsky nous évoquent donc ces deux côtés irréconciliables du récit dans un même espace.

Pierre et sa mère, 1991-1994
Huile sur toile
94 x 94 cm
Œuvre non disponible

fermer

Copyright Galerie Dina Vierny 2017